Menu

A propos des détournements en bande organisée des fonds de l'hôtel LEDGER PLAZA par les sujets magrébins Zeyad Zarzour Khalifa, Rimeh Ben Salem et Choukri ...

Vendredi 8 Mars 2019

Bangui, 08 mars (LQB). Vous pouvez vous en douter mais pas jusqu’à s’enivrer devant des choses bizarroïdes qui se passent au pied de la colline des panthères où est bâtit le somptueux hôtel cinq étoiles baptisé LEDGER PLAZA.


A propos des détournements en bande organisée des fonds de l'hôtel LEDGER  PLAZA par les sujets magrébins Zeyad Zarzour Khalifa, Rimeh Ben Salem et Choukri ...
L’hôtel LEDGER PLAZA, un joyau de la République centrafricaine pour les séjours dorés des touristes, hommes d’affaires et autres visiteurs, construit sur les cendres des 500 chambres jadis rêvés par l’empereur, feu Jean Bedel Bokassa dans les années 1976-1977. Lesquelles 500 chambres, rétrocédées au gouvernement libyen en compensation de la livraison des hydrocarbures au régime Patassé dans les années 1998-1999, grâce à laquelle livraison les dépenses régaliennes ont été effectives : salaires des fonctionnaires et autres agents de l’Etat, règlement des factures des fournisseurs pour ne citer que ceux-ci.
Reconstruit sur les fonds propres du gouvernement libyen, l’hôtel LEDGER PLAZA dans un passé récent précisément avant l’avènement de la nébuleuse Séléka aux affaires, était géré à l’orthodoxie jusqu’à l’arrivée de son actuel Directeur général, monsieur Rimah Ben Salem. Un personnage très controversé.
Point n’est besoin de vous signaler que chaque jour que Dieu fait, les clients se plaignent de la qualité de services de cet hôtel transformé en un terrain d’affrontements entre des agents d’espionnages FSB et DGSE qui s’espionnent et contre espionnent à l’insu même de certains clients ordinaires soient-ils Touristes et ou hommes d’affaires. Tantôt, c’est le problème de connexion tantôt, c’est le problème de climatisation des chambres ou la lenteur dans les services des stewards ou hôtesses.
Nos sources, plus ou moins fiables, font état de ce que plusieurs fois le ramassé de Zeyad Zarzour Khalifa affiche des comportements désagréables devant certains clients de l’hôtel qui prennent le bain à la piscine pendant que d’autres assis confortablement devant leurs vers de boisson en train de réfléchir sans ignorer ceux qui sont en intimité ou en pleine discussions d’affaires. Ces exactions sont perpétrées pour la plupart le soir par ce délinquant sénile qui pense en remettant de l’enveloppe à certaines de nos autorités corrompues il a du crédit pour déranger la tranquillité des paisibles clients de l’hôtel commet ses exactions.
Des fois, certains clients sont tentés de croire que l’hôtel appartient à Zeyad. Cette folie a fait autant des victimes parmi lesquelles un chargé d’affaires de l’ambassade du Tchad à qui le tristement célèbre Zeyad Zarzour Khalifa a administré une bonne gifle en novembre dernier. Suite auquel incident Zeyad aurait acheté le silence de ce diplomate à 40 millions de FCFA via son hiérarchie dont nous taisons le nom.
De file en aiguille, Rimeh Ben Salem et Choukri respectivement Directeur général et Directeur administratif et financier de l’hôtel LEDGER PLAZA, selon toute vraisemblance, saisissent des moments où Zeyad délire pour lui soumettre des documents administratifs pour signature. Cette manœuvre dilatoire et subversive a saigné sauvagement la caisse de l’hôtel : Choukri s’est tiré avec 500 mille à 1 million d’euros et le DG, Rimeh Ben Salem très sournois qu’il est son montant vous sera communiqué dans nos prochaines livraisons.
Pour l’heure, il est à craindre que d’ici l’année prochaine l’on nous apprendra que l’hôtel LEDGER PLAZA a mis la clé sous le paillasson par la faute de la gestion scandaleuse d’un quidam de la trombe Zeyad. Connu notoirement par les employés des hôtels Oubangui et LEDGER PLAZA comme étant un chanvreur et drogué attitré Zeyad Zarzour Khalifa a même risqué son intelligence pour détourner une bonne partie des biens de cet établissement hôtelier de renommée internationale pour s’installer en son propre compte. Les noms de certaines autorités publiques de notre pays voire même des proches du président Touadéra nous ont été révélés comme quoi c’est avec elles que le mafieux Zeyad agit en complicité. Mais par décence, nous nous réservons le droit de le mettre sur le place publique un de ces quatre matins.
A Kribi, au Cameroun, où les fonds de LEDGER PLAZA détournés par Zeyad ont servi à l’achat et à la construction d’un hôtel de classe sous le prête nom de son beau-frère un certain Mahamat personne ne s’est demandée sur le pourquoi un Camerounais est nommé DG de cet hôtel acquis dans des conditions douteuses si ce n’est pour servir de couverture (…). Des véhicules et des charrettes achetés à RAYAN pour une valeur de plus 1 milliard FCFA sur fonds propres de LEDGER PLAZA sont convoyés à Kribi pour servir les besoins de la cause.  Vous serez informé dans les jours à venir sur ce que Zeyad compte faire avec ces locomotives.
Notons que des fois certains clients de l’hôtel LEDGER PLAZA se demandent sur la fonction qu’occupe Zeyad en Centrafrique. Car la manière à laquelle il règne dans son petit émirat hôtelier intrigue plus d’un. L’homme a pris l’habitude de jacasser sur le personnel local de l’hôtel comme s’ils étaient ses esclaves à lui au point d’apeurer voire terroriser certains clients et autres usagers. Imaginez vous un seul instant un Centrafricain affiché un tel comportement en Libye !
Alors ! Si, ailleurs, c’est infaisable pourquoi ce serait chez nous cela doit accepter comme quelque de normal ?   
De là ce que l’on s’interroge sur les agissements du truculent Zeyad Zarzour Khalifa,  bénéficie t-il d’une protection politique de qui ? De certains proches du président Touadéra ? Vous le saurez très prochainement.
Malko Sétouan 
 
 

Rédaction LQB