Menu

Centrafrique : Djotodia et Touadéra impliqués dans la crise sécuritaire

Dimanche 15 Novembre 2020

Bangui, 15 Novembre (LQB). Il ne va pas sans dire que, l’ancien premier ministre de Bozizé et le chef rebelle, le patron des groupes armés Seleka Michel Djotodia seraient de connivence avec les groupes armés qui sévissent dans le pays depuis sept armées.


Centrafrique  : Djotodia et Touadéra impliqués dans la crise sécuritaire

Alors que François Bozizé, ancien chef de l’Etat était resté au pays officiellement  le 15 décembre 2019, son parti politique KNK, avait introduit une demande d’audience auprès de la présidence pour une éventuelle rencontre entre le maître et l’élève. Malheureusement, le président Touadéra, ingrat qu’il soit, a préféré faire venir Michel Djotodia, d’urgence à Bangui.

Si tôt arrivé, Michel Djotodia fut reçu dans la foulée dans la journée par le président de la République alors que, deux mois passés, Bozizé n’est pas reçu par son élève  qu’il a élevé.

Ce geste posé  par Touadéra, laisse transparaître clairement qu’il n’a pas plus besoin de son maître pour l’aider dans la lourde tâche où il est appelé à exercer. Il a fallu la pression de l’extérieur pour que, Touadéra puisse le recevoir et pour monter à la communauté nationale et internationale qu’il est ouvert à tout le monde, il en a profité pour faire d’une pierre deux coups. Ainsi, il a reçu successivement, les autres anciens chefs d’Etat dont Catherine Samba-panza, qu’il a refusé de la rencontrer depuis la fin de la tension. Ensuite, ce fut  le tour des anciens premiers ministres. Un tel comportement, n’augure pas un lendemain meilleur pour un chef d’Etat appelé à gérer la cité dans la transparence et l’impartialité. Malheureusement, le peuple centrafricain a constaté avec beaucoup d’amertume que, le président Touadéra est un homme sans état d’âme.
Tout le temps, il trouve des alibis pour se débarrasser des vrais problèmes qui se posent au pays. Depuis cinq ans passés, où se trouvaient Touadéra et Djotodia pour réconcilier les différents groupes armés ?

Depuis quand est-ce Djotodia a pu mener la médiation pour que cesse les violences et les tueries en Centrafrique ? Il a fallu que, les élections arrivent pour que Djotodia soit l’invité de marque de Touadéra pour qu’ils fassent des scénarios sans nom. En quelques sortes, la réunion tenue à l’hôtel Ledger, le lundi 09 Novembre, montre à suffisance que, Touadéra et Michel Djotodia sont deux patrons des groupes rebelles associés pour se maintenir au pouvoir par tous les moyens. Ils ont montré publiquement qu’ils sont avec les rebelles pour des questions d’intérêts personnels. Au lieu que de telles actions soient menées en temps voulu pour permettre la pacification du pays, ces deux bonhommes mal intentionnés, choisissent la période électorale pour faire une campagne honteuse en défaveur du peuple centrafricain. Même, le processus du désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDRR) inscrit en lettre d’or dans le document final de l’accord de Khartoum est abandonné sciemment par le gouvernement parce qu’il entend maintenir le désordre dans le pays, afin de l’exploiter politiquement. Pour ce fait, ces deux hommes sont passibles de répondre de leurs actes machiavéliques devant la justice, le temps venu.

Il ne sert à rien de manipuler tout un peuple en proie à des difficultés de tous ordres. La réalité est claire, Touadéra n’est pas avec le peuple centrafricain. Il est avec les bourreaux du peuple avec qui, ils pillent les ressources minières du pays dans le but de s’offrir suffisamment des armes et munitions.

Cela nous amène à nous poser la question de savoir, pourquoi les trois taureaux de la rébellion tels que Abas Sidiki, Ali Darassa, Al Khatime, Mahamat et voire Abdoulaye Issène ne sont pas encore arrêtés par la justice ? Il y’a de quoi à s’inquiéter si ces dirigeants de la RCA sont des traîtres, hypocrites  et véreux terroristes à la solde des puissances occultes ?

Malko Sétouan
 
 

Rédaction LQB

Flux RSS