Menu

Des policiers de la CNS corrompus a 2000 FCFA par un sujet musulman...

Lundi 6 Janvier 2020

Bangui, 06 janvier [LQB]. Qui l’eût croit ! Des éléments de force de sécurité intérieure bénéficiaires de plusieurs modules de formation fournis par la MINUSCA, continuent contre toute attente à racketter les usagers routiers dans l’exercice de leur mission de contrôle de routine dans les artères de la ville de Bangui.


Des policiers de la CNS corrompus a 2000 FCFA par un sujet musulman...
Les conducteurs de gros camions,   ainsi que les chauffeurs de transports en commun, assimilés aux taxi-motos, ne cessent de se plaindre jours et nuits, du comportement rétrograde de certains de nos compatriotes qui travaillent dans cette noble institution, dont la mission principale consiste à réglementer la circulation routière, et  d’assurer l’ordre public.
Mais, qu’en est-il dans les faits? C’est bien dommage.
Il se trouve que chaque jour et chaque nuit, certains agents de moralités douteuses en complicité avec certains de leurs chefs hiérarchiques improvisent des check-points, à des mauvais endroits et à des mauvais moments juste pour verbaliser gratuitement ou de façon fantaisiste certains conducteurs des engins  à moteurs aux fins de leur extorquer de l’argent, qui serait redistribué entre la bande des agents véreux, et leurs complices.
L’on peut affirmer sans risque de se tromper, que cette pratique est presque institutionnalisée depuis belle lurette. Car elle se fait au vu et au su des autorités publiques sans que la hiérarchie fasse preuve de bonne foi ne ce rait-ce que pour combattre les tenants et les aboutissants. Histoire de qui ne dit mot consent.
Notons que dans l’une des raisons pour lesquelles le pays a basculé dans la violence, il y avait la question du gendarme et le porteur de grand boubou: Dans les années 1990 à 2000, les musulmans faisaient les frais de raketage dans les contrôles routiers par les forces publiques (…). La suite chacun peut se faire une idée là-dessus.
Dans nos investigations menées dans la ville de Bangui, et ses zones  périphériques, il se dégage un sentiment de désenchantement des populations, ainsi que des conducteurs de véhicules et motos face au comportement indélicats de certains agents de force sécurité intérieure qui font la honte non seulement de notre nation mais de leur frères d’arme.
Pas plus tard que le jeudi 02 Janvier passé, quatre éléments de la police CNS, dont une jeune femme, en faction en face de l’école Complexe Avenir, située sur l’avenue Barthélemy Boganda, ont fait une triste démonstration allant dans le sens de ce que le commun des mortels déplore. Il s’agit d’un sujet musulman conduisant une moto-dame de couleur grise métallique ayant fait l’objet de contrôle routier. Et, au lieu de remettre les papiers afférant de sa moto aux policiers, il a sorti de sa poche deux billets de 1000 Fcfa , qu’il a remis à un policier, qui à son tour a voulu déposer entre les mains de son supposé chef hiérarchique assis confortablement sous un arbre. Mais, ce dernier, vu que les passants et certains personnels de la SAVEX, avaient les yeux braqués sur eux, il a conseillé à son élément de déposer l’argent dans le véhicule parqué en retrait. Précisons que cette scène s’est produite à 14heures et 43 minutes. 
Inutile de vous faire le déroulé de cette scène frisant la honte d’une force intérieure comme la police censée combattre même la corruption, le vagabondage nocturne, et de prévenir tout trouble à l’ordre public. Mais, hélas ! 
 
Attrapez-nous au prochain numéro.   
 
  Nguéma Ngokpélé Landry Ulrich
 
 

Rédaction LQB

Flux RSS