Menu

Kaga-Bandoro : Tentative d’assassinat d’un personnel de la MINUSCA.

Vendredi 16 Août 2019

Bangui, 16 août, (LQB). Il s’appelle Golo Yves, un officier de la division Droits de l’homme de la base MINUSCA Kaga-Bandoro. Des sources dignes de foi font état de ce que la résidence privée de la trentaine a fait l’objet de fusillades à la Colombo, le 12 août passé vers 23 heures.


Des informations recoupées çà et là laissent croire que monsieur Golo Yves a reçu la visite inopinée des assaillants dans un profond sommeil. Lesquels assaillants ont tiré dans tous les sens notamment aux alentours de la maison de la victime au point de terroriser même le voisinage qui n’a pas osé mettre les nez dehors : des fenêtres, mûrs, le lit et la moustiquaire de la victime copieusement criblés des balles.
D’autres sources indiquent que les hommes armés non identifiés seraient mis en déroute par les aboiements des chiens du voisinage de la maison de la victime située au quartier Mambéya. Grâce auxquelles alertes du voisinage les assaillants ont vu leur mission échoué.
Comme dans un film policier, une colonne de contingent rwandais a fait son incursion dans les parages de la résidence de la victime à la suite d’alerte du voisinage. Les choses se sont vite précipitées : les bandits armés ont pris les jambes au coup et la victime a été exfiltré illico au QG de la base MINUSCA.
Des langues se délient autour de cette tentative manquée  d’assassinat de ce personnel de la MINUSCA en service dans la localité de la ville de Bandoro. Qui en veut vraiment à monsieur Golo Yves ? A-t-il été un témoin gênant dans une affaire scandaleuse impliquant un politique et ou un chef de guerre de cette localité ? Autrement dit, à qui devrait profiter l’assassinat de sieur Golo Yves ? Ou est-ce un règlement de compte ? Mystère !
Voilà autant des questionnements qui sont restés jusque-là sans réponse et pour lesquels l‘on saura comment la MINUSCA s’y prendra par une enquête ou des mesures conservatoires devant dissuader toutes manœuvres attentatoires du même genre.
Curieux que cela puisse paraitre, cette tentative d’assassinat loupé s’est déroulée non loin d’un poste avancé du contingent pakistanais. Et, notre source locale de nous lâcher à la figure que cette force onusienne œuvrant  sous la bannière du Pakistan n’a rien fait, ne-ce reste, pour dissuader les malfrats. Cette attitude peu loquace tend à penser que des complicités se trouveraient à un niveau.  
Bref, c’est dire que, la MINUSCA porte des germes de négligences tendant à se soucier moins du personnel local qui risque beaucoup plus par rapport aux expatriés. Cette brèche, en principe, devrait ouvrir les yeux à nos compatriotes qui travaillent dans cette organisation de s’organiser en syndicat pour exiger des garanties de leur sécurité personnelle. ‘’L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur sort’’, dit-on.
Aux dernières nouvelles, l’on est sans nouvelle de la victime qui se trouverait peut-être en lieu sûr quelque part. L’on s’interroge : à qui sera le prochain tour ? Affaire à suivre.
 
Denis Ngana

Rédaction LQB