Menu

Le président Faustin Archange Touadéra et son MCU recruteraient clandestinement les agents de renseignements et militaires pour des fins électoralistes.

Samedi 21 Septembre 2019

Bangui, 21 septembre (LQB). Des informations recoupées font état de ce que le président Touadéra ainsi que ses proches seraient en train de recruter des jeunes en âge de fleur pour des fins électoralistes. Nos enquêtes autour de cette information à caractère très sensible révèlent que le gros des recrues seraient constitué des ressortissants du village natal du locataire du palais de la renaissance Faustin Archange Touadéra ainsi que les villages environnant.


Il s’avère que ledit recrutement viserait à former des agents de renseignements et des gardes prétoriennes en Guinée Equatoriale aux fins de préparer soigneusement son passage en force aux échéances électorales de 2020-2021.
Certaines indiscrétions nous ont même lâché à l’oreille comme quoi deux missions seraient en cours d’exécution dont l’un pour la formation militaire et l’autre concerne le domaine de techniques d’hold-up électoral.
Par rapport aux formalités d’usage, il semble des photos et fiches ont été faites depuis avant-hier et hier, bien entendu discrètement dans un coin de a place.
En d’autres termes, tout se passe comme le président Touadéra, après avoir  pris le goût du tapis rouge ne serait pas prêt à céder son fauteuil présidentiel à un prétendant. Histoire d’ignorer la leçon à tirer quand on veut s’accrocher à un branche d’arbre, peu importe sa dimension ou résistance. Fort de cette information au relent de provocation victimatoire, l’on s’interroge : un hold-up électoral est-il possible avec les moribonds résultats des prestations  de Touadéra et ses courtisans ? Peut-être oui ! Mais, avec une forte dose de doute, car par expérience, souvent les aventuriers politiques de l’acabit Touadéra terminent rarement leur mandat en beauté. Bon Touadéra serait en train de démontrer qu’il va réussir là où les autres apprentis sorciers ont échoué.
‘’Les conseils corrigent mieux que les conséquences’’, dit-on. Si le projet de Touadéra consistant à doubler son mandat lui tient à cœur, il serait souhaitable qu’il réfléchisse par deux fois avant de prendre une telle décision. Autrement dit, le pire et à craindre.
Le président Touadéra veut s’accrocher mais il faudrait qu’il fasse preuve de ses capacités à assumer de tout ce qui pourrait advenir en termes des conséquences. Vrai ou Faux !
Peut être, c’est en cela que peut justifier les agitations du président Faustin Archange fils de Touadéra et ses ouailles sur plusieurs fronts au moment où nous mettons sous presse.
Curieux que cela puisse paraitre, les électeurs du président Touadéra n’était pas seulement ses alliés politiques et parents amis et connaissances. Il y avait une sorte de ras-le bol du peuple dans son ensemble qui voudrai mettre fin à l’ancien système aux pratiques douteuses voire antipodes.  Basées beaucoup plus sur le clientélisme, népotisme, affairisme, régionalisme et bien d’autres comportements antidémocratique. Mais qu’en est-il du régime Touadéra ? Mystère ! Le décor du régime en dit long.
Pourtant, lors de sa  dernière rencontre avec Emmanuel Macron, ce dernier lui aurait tiré la puce à l’oreille concernant la prochaine échéance  électorale, qui devra se dérouler de manière transparente et apaisée.
D’ailleurs, l’une des raisons que la France craignait au début la présence Russe en Centrafrique était fondée sur l’avenir du processus démocratique qui n’a pas encore gagné sa crédibilité en Centrafrique. Elle craignait que la culture despotique du régime autoritaire made Poutine ne puisse affecter notre belle et merveilleuse cité  dont la démocratie peine à s’enraciner.
Vive la République ! Vive les recrutements par affinité ! Vive la rupture made Touadéra !


Malko Sétouan
 

Rédaction LQB