Menu

Le président Faustin Archange Touadéra fait hospitaliser le criminel de guerre Ali Darassa à la base Mpoko de la MINUSCA.

Vendredi 17 Avril 2020

Bangui, 17 avril (LQB). Arrivé à bord de l’aéronef de la MINUSCA, le tristement célèbre chef de guerre Ali Darassa, a posé ses pieds sur le tarmac militaire, hier jeudi 16 avril vers 14 heures. Accompagné de ses trois thuriféraires, sous la bon escorte des forces onusiennes, le patron des préfectures de la Ouaka, Basse-kotto, Haut Mboumo et Mbomou, mister Ali Darassa présentait la mine d’un homme épuisé après une dure labeur.



Le sanguinaire Ali Darassa, bénéficiaire des honneurs dû au rang d’une autorité étatique a passé en revue quelques éléments de la MINUSCA dans un climat d’amitié avant d’être conduit dans un pavillon  réservé habituellement aux autorités politico militaires de transite à Bangui.

A la question de savoir qu’est ce qui explique la présence de cet avatar à Bangui, terrorisé par la psychose du virus mortel baptisé CORONAVIRUS ? La réponse à cette préoccupation fait douter plus d’un.

Une source plus ou moins fiable fait état de ce que ce serait sur invitation du président Touadéra que ce luciférien nommé Ali Darassa séjourne s'est rendu à Bangui.

De source officielle laisse croire que le chef de guerre Ali Darassa serait venu à Bangui pour se faire soigner, car il souffrirait d’une maladie pathologique grave nécessitant un traitement clinical.

De ce qui se dit en coulisse à la version officielle, le fossé n’est pas tellement géant. Vrai ou faux !
Par contre, l’étonnement viendrait de ce que les FACA déployées à l’intérieur du pays ont de la peine à mettre la mains sur soi-disant rebelles et leurs chefs de guerre. Curieusement, la MINUSCA accède facilement à ceux-ci come ci le peuple centrafricain à en face de lui des collabos. Sinon, pour capturer et transférer à la Cour pénale internationale (CPI) les  pauvres patriotes Rambhot Alfred  et Patrice Ngaïssona ce n’était pas difficile: les FSI appuyées par la MINUSCA se sont montrées garçons. Mais, pour venir à bout des autres malfrats puissances mille, de souche musulmane, les mêmes qui ont mené l’opération ayant abouti à l’arrestation des vrais patriotes centrafricains se sont montrés indisponibles. De qui se moque--t-on ? Hein !
Bref, c’est dire que le comportement qu’affiche la MINUSCA dans le processus de pacification, de relèvement de notre pays ne milite pas en faveur d’un vrai retour à la paix et à la cohésion. Non, c’est justement le contraire.

Si cela s’avère que c’est le président Touadéra qui a fait venir le luciférien Ali Darassa est venu à Bangui ou sa présence se justifierait par des raisons sanitaires, il va sans dire que la MINUSCA ne devrait pas affréter son appareil volant au type des sanguinaires. Ou bien !

En d’autres termes, comment la MINUCSA supposée être une force neutre et impartiale peut se permettre de transporter des avatars aux mains ensanglantées dans ses véhicules et ou avions ? That is the question !

Pourvue que le cheval blanc de la communauté internationale, monsieur Ali Darassa  ne soit pas victime de CORONAVIRUS contre qui aucune arme mortelle ne peut l’atteindre. 

                                Landry Ulrich Nguéma-Ngokélé
 
 
 

Rédaction LQB

Flux RSS