Menu

Les en dessous du limogeage du ministre délégué Noël Selesson.

Mardi 3 Septembre 2019

Bangui, 03 septembre (LQB). Le 39è membre du gouvernement N’grébada Firmin, colonel Bienvenu Noël Selesson, délégué au portefeuille du désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement, a été remercié par le président de la République, chef de l’Etat, le samedi 24 août passé. Suite auquel limogeage, certains commentateurs de la vie publique de notre cité s’interrogent sur le mobile réel ayant conduit à la décision surprise voire subite du président Touadéra.


Le 39è membre du gouvernement N’grébada Firmin, colonel Bienvenu Noël Selesson, délégué au portefeuille du désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement, a été remercié par le président de la République, chef de l’Etat, le samedi 24 août passé. Suite auquel limogeage, certains commentateurs de la vie publique de notre cité s’interrogent sur le mobile réel ayant conduit à la décision surprise voire subite du président Touadéra.
Notre rédaction, qui n’est pas du reste a mené des investigations autour de cette information à caractère politique, pour servir ses lecteurs de vraies mets.
Il s’avère que le président de la République, monsieur Faustin Archange Touadéra, aurait invité le truculent Selesson Bienvenu à sa ferme familiale située à Damara, le 24 du mois en cours.  Il s’avère que ce dernier refuse délibérément d’honorer à l’invitation du président de la République au motif qu’il est ressortissant de l’école militaire français Saint-Cyr. Et, à ce titre il n’a pas de compte à rendre probablement à un civil comme Touadéra, soit-il président de la République, chef de l’Etat. Sic.
Cette version des faits est revenue plusieurs fois sur les langues du fait que le concerné depuis un certain temps il est devenu plus ou moins trop arrogant au point de manquer du respect au président de la République, chef de l’Etat et chef suprême des armées.
A la question de savoir, quel était l’objet de l’invitation du président Touadéra adressée à son cousin germain en charge du désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement, colonel Selesson Bienvenu Noël ? C’est si simple.
Selon nos sources dignes de foi, le président Touadéra, en sa qualité du père de la nation aurait voulu échanger avec son cousin germain à qui il a confié une parcelle de pouvoir sur un certain nombre de questions relatives à sa mission. En terme clair, le président de la République serait en possession d’une pile d’informations relatives à la gestion scandaleuse des fonds du DDR-R entendez désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement. Histoire de prendre la version des faits du farfelu ministron pardon ministre délégué sur le processus du DDR-R qui semble prendre du plomb dans l’aile.
Mais, notre colonel saint-cyrien ne veut pas entendre de cette oreille. Il a osé défier l’autorité du président de la République, chef de l’Etat en brondissant son grade et la renommée de son école de formation militaire. La suite finalement, c’est ce que vous et nous avions connu : un président de la République demeure un président, c’est-à-dire après Dieu suprême, c’est le président Donc, le déviant Selesson Noël a eu pour son compte en perdant très tôt son poste avec lequel il rackette et trafique son influence.
La question fondamentale est de savoir si le président de la République va en rester là ? Surtout qu’il a mis dans la tête de l’opinion nationale et internationale qu’il fait de la rupture son cheval de bataille.
Sur la base de ce leitmotiv, peut-on compter sur le courage politique du président Touadéra, de traduire devant les juridictions compétentes son farfelu cousin Selesson et ses complices de façon que les partenaires financiers de programme soient rassurés du sérieux de notre pays dont son lendemain en dépend ?
De tout ce qui précède, l’on peut déduire qu’il y a l’insubordination et malversation financière plus ou moins avérées. Les mêmes faits produisent les mêmes effets, dit un adage populaire. De Gonda proche parent du président de la République d’alors à Selesson doit-on continuer à saboter impunément les acquis démocratiques de notre belle et riche cité de cette manière ? Ah non !
Il est temps que la patrie se réveille pour brandir plus haut notre étendard en brisant les vieilles pratiques qui font de notre nation la risée des autres.
Pour être honnête, le limogeage de notre ministron, à notre humble avis, est un signal fort pour les autres farfelus et braves bras cassés, qui font la pluie et le beau temps dans notre pays depuis des lustres soient-ils proches parents au président ou non. Sinon, il ne sert à rien de faire du chantage à l’autorité suprêmes de la République qui fait de son mieux pour sortir du gouffre notre nation.
Point n’est besoin de rappeler à qui que ce soit que les Séléka avaient marché sur Bangui sous les yeux impuissants des ressortissants de Binger ville, Saint-Cyr, Kota koli et bien d’autres centre de formations militaires. De là à ce qu’on s’interroge sur le type de formation fournie par l’académie militaire de Binger ville si l’insubordination à un chef hiérarchique est sans conséquence ? Autrement dit, notre pseudo colonel binger villois accepterait-il de voir son autorité  militaire malmenée par un caporal chef de sa section ? Pas si sûr.  
De grâce, même si le président Touadéra est proche parent à ce Selesson, mais de quel droit jouit ce dernier pour manquer du respect à son mentor ? Est-ce de cette manière que la discipline est enseignée dans ces centres de formations militaires ? A coup sûr non.
Heureusement, que c’est un proche parent au président de la République, qui a fait cette démonstration nauséabonde. Mais, il en a eu pour son compte. Sinon !
Entre nous, quelle est cette façon de présenter sa reconnaissance à ‘quelqu’un qui a fait sois un personnage respectable par un acte d’insubordination ? Surtout un moins que rien fabriqué de toute pièces par un parent soit-il bien placé ! Ah, non ! Est-ce là la gratitude ou ingratitude !
A qui le prochain tour ?
 
Malko Sétouan 
 

Rédaction LQB