Menu

Macron-Touadéra : de gros dossiers sur la table.

Mercredi 4 Septembre 2019

Bangui, 04 septembre (LQB). Le Français Emmanuel Macron, va recevoir son homologue centrafricain Touadéra, d’ici le 05 du mois en cours. On ignore encore l’ordre du jour, mais il est certain que les deux Etats vont discuter sur les questions d’intérêts de leurs Etats respectifs.


Selon la tradition de relations entre la France et ses ex-colonies, couronnée par le vocable de France-Afrique, a été toujours sur fond  de subordination juridique, c’est-à-dire, la relation dans laquelle le subordonné reçoit des instructions de son supérieur.
Aucune preuve dans l’histoire n’a démontré une discussion franche entre les autorités centrafricaines et françaises. Les autorités des Etats de l’ex-colonie française dans la plupart des cas ne reçoivent que des instructions ou des orientations venant de la métropole. Dans ce cas le subalterne n’a pas d’alternative, pas de choix que d’obéir passivement. Il n’y en a pas de théorie de la bâillonnette intelligente, car, quiconque pratiquerait cette théorie se verra virer purement et simplement.
Cependant, nous sommes au 21e siècle, et  les choses ont apparemment changé. Les mentalités aussi ont évolué. Ce qui nous amène à la question selon laquelle les chefs d’Etats africains continuent de recevoir des instructions comme à l’époque de la France-Afrique du sulfureux personnage politique français feu Jacques Faucard ?
Que dira Touadéra, en tant que président d’un Etat souverain ? Au vu de la relation bilatérale entre la Centrafrique et la Russie, Touadéra, sera-t-il interlocuteur ? C’est-à-dire l’homme à qui la France devra négocier ses intérêts au lieu de donner des instructions comme au temps jadis ?
Alors, quitte à Touadéra, de prendre sa responsabilité pour la destinée de la nation centrafricaine qu’il a entre les mains, tout en n’oubliant pas que le peuple demeure son seul juge et le suit à la loupe. A ce peuple il aura de compte à rendre.
A bon entendeur salut.
 
La Rédaction
 
 

Rédaction LQB