Menu

Primature : Touadéra veut remplacer son beau-frère Firmin Ngrébada avec un autre premier ministre mafieux ?

Lundi 18 Mai 2020

Bangui, 18 mai (LQB). En fait, qu’est ce qui fait courir notre président Faustin Archange Touadéra dans la gestion de la chose publique ? N’était-il pas bien préparé avant de prendre les arènes du pouvoirs ? Est-il réellement un homme intègre ou le plus rusé de notre cité ? Sinon, qu’est ce qui expliquerait la présence dans son entourage de certaines personnalités au moralités douteuses ?



Voila autant de questionnements qui laissent perplexes plus d’un.

Pour être honnête, dans un Etat qui se respect, il y a certaines fonctions régaliennes exigeant un certain nombre de rigueurs morales, piétés et de courages politiques dont on ne peux pas se cacher derrière son bout de doigt pour la résoudre. Voyons !
Voila un Etat où le Directeur de cabinet du président connu par quantité de personnalités comme étant un personnage de moralité peu catholique se voit bombarder à des fonctions prestigieuses telle premier ministre, chef gouvernement qui nécessite un parcours normal. Mais.

De vous et nous, un Etat aux discours creux et jongleur qui fait feu de tout bois ne peut espérer à quoi devant les partenaires socio économiques, gestionnaires des fonds de leurs honnêtes contribuables quand les déshonorables pardon honorables du pays quémandeur sont corrompus jusqu’aux moelles épinières ? C’est là où nous devrons être prudent dans les plaidoyers au risque de ne pas tomber ridicule devant ces partenaires. Là n’est pas le problème.

‘’Pour noyer son chien on l’accuse de rage’’, dit une maxime populaire. Illustration faite au limogeage de l’intraitable Simplice Mathieu Sarandji alias SMS, à la primature par leur cirque de Khartoum. Ah oui !  De mémoire vivace, l’on avait fait avaler au peuple centrafricain que la grosse comédie du Khartoum serait salutaire pour sa sortie définitive de la crise imposée à lui par l’extérieur. La suite ! N’est pas la continuité (…).

Pas plus tard que la semaine dernière çà commençait à circuler sur les bouts de lèvres de certains observateurs de la vie publique de notre belle et riche cité que le président de a République, Faustin Archange Touadéra serait sur le point de remplacer l’actuel locataire de la primature mister Firmin Ngérébada par son cousin germain Flavien Mbata, ministre de la Justice ou le sulfureux honorable Jean Michel Mandaba. On lui reprocherait sa vilaine façon d’être toujours très proche des chefs d’orchestres de certains groupes rebelles qui font la pluie et le beau temps dans notre cité. La distanciation oblige ! Hein !.

Si cela s’avère, il y a lieu de penser que le pouvoir en place a atteint son stade de délire. Ou bien !

Est-ce à dire que ce sont les premiers ministres de Touadéra qui sont les problèmes de notre cité ou c’est lui-même à la fois le problème et la solution ?
En termes clairs, les deux personnalités pressenties ne jouissent pas, à notre humble avis, de bonne réputation pour accéder à cette noble fonction. Car, il y va de notre image sur l’échiquier international. N’est ce pas ! Hein !

En tout cas la réponse à la question  posée réside dans le modèle de la démocratie que le pouvoir en place entend nous implémenter. Ou bien !
Ah oui ! La logique cartésienne voudrait que quand on est réellement fiable on supporte pas de se prendre la tête avec les collaborateurs aux pratiques douteuses. Vrai ou faux !
 
Landry Ulrich Nguéma-Ngokpélé
 
 

Rédaction LQB

Flux RSS