Menu

TGI de Bangui : Le sulfureux panafricaniste Harouna Douamba poursuivi en justice pour non-paiement de loyer à hauteur de 19 millions de FCFA

Samedi 29 Mai 2021

Bangui, 28 mai (LQB). Vous pouvez vous en douter, mais pas jusqu’à s’enivrer devant ce qui se passe au pays de nulles part ailleurs. Un pays où les truands, agents doubles, escrocs de tous poils et qui on ne sait, marchent sur les tapis rouges comme des mecs sérieux. Lesquels mecs poussent l’outrecuidance de narguer des honnêtes citoyens de notre cité sans être inquiétés. Le cas du truculent Harouna Douamba qui joue à la fois au pyromane et pompier en est une belle illustration.


TGI de Bangui : Le sulfureux panafricaniste Harouna Douamba poursuivi en justice pour non-paiement de loyer à hauteur de 19 millions de FCFA

Arrivée à Bangui dans des circonstances non élucidées, Harouna Douamba, un homme à tout efficace se fait passer pour un panafricaniste engagé aux yeux de la communauté nationale et internationale. L’homme fait du bureau en bureau pour collecter des fonds aux fins d’organiser des manifestations à caractère politique : au départ contre l’opposition démocratique puis contre la MINUSCA et la France, sa dernière cible.

Avec sa carte magnétique d’accès au palais de la Renaissance, le volubile Harouna Douamba de sa vraie nationalité burkinabé, ouvre d’autres portes d’horizon à Bangui comme au-delà de nos frontières pour se faire des sous à tous les prix. Sinon, le mec utilise le nom du président de la République, chef de l’Etat Pr Faustin Archange Touadéra pour se couler de la douce.

Evidemment, c’est dans cette logique peu sérieuse sur fond de trafic d’influence, d’arnaque frisant même l’escroquerie intellectuelle qu’il a acquis un appartement dans la tour Pacific, située côte à côte au ministère du tourisme, diagonalement au rond-point Tènè. Dans laquelle tour appartenant au groupe LAAICO Centrafrique, mister Harouna fils de Douamba érigeait le siège de son cheval de Troie dénommé ANA (Aimons notre pays).

Bein ! il se trouve que le paiement de son loyer poserait problème. Au point que le groupe LAAICO Centrafrique via son conseil obtient son expulsion dudit loyer dont le montant s’élèverait à plus de 19 (dix-neuf) millions de francs CFA.

Au moment où nous mettons sous presse, l’affaire est portée devant le tribunal de grande instance de Bangui pour être jugée. Et, nous craignons qui se laisse aller par l’odeur de magot
Nous y reviendrons dans les tous prochains jours pour les détails les plus sophistiqués sur cette affaire qui est pendante devant le tribunal grande instance de Bangui, aussi bien sur les liaisons de ce que trentenaire avec la ministre des affaires étrangères au besoin vous dressez le portrait-robot du très agité Harouna Douamba recherché même dans son pays natal. A suivre.

Malko Sétouan


Flux RSS