Menu

XI JINPING a survécu à la duplicité de Touadéra

Dimanche 29 Septembre 2019

Bangui, 29 septembre (LQB). Les relations internationales requièrent plus de tact, de doigté et aussi la connaissance de l’histoire. Les pratiques politiques du monde contemporain ne peuvent se passer de la connaissance de l’histoire.


XI JINPING a survécu à la duplicité de Touadéra
Dans l’histoire des relations internationales, il y a des Etats qui ne coopèrent à fond, et qui ne s’affrontent pas en termes de concurrence diplomatique. Ces Etats sont en rivalités qui ne disent pas leurs noms, sachant que la diplomatie n’est que jeu de duplicité. Bien que ces Etats ont respectivement leurs ambassades sur leurs territoires. Cela n’est que factice. En réalité ils vivent de l’espionnage et de contrespionnage. Tel est le cas des cyber-guerres pour lesquels ces Etats gaspillent des centaines de millions de Dollars. Bref !
Le président Touadéra, paraît ignorer les rivalités idéologiques qui opposent depuis la guerre froide  les occidentaux et les Etats de l’Est ?
Celui qui coopère avec les Etats de l’est devient la cible des occidentaux. C’est dans ce contexte que Lumumba fut assassiné. Les relations diplomatiques entre le Cuba et les USA n’étaient aussi bonne sous Castro. Elles ne se sont rétablies qu’avec l’avènement de Barrack Obama, au pouvoir.
Une autre illustration porte sur la Chine populaire dont la capitale est Taiwan et la Chine totalitaire de Pékin. Les deux Etats, sont en guerre idéologique depuis plusieurs décennies. Le premier avait plié ses bagages en Centrafrique à l’arrivée du second. Le Taiwan, avait renoué ses relations diplomatiques avec la Centrafrique en rappelant son ambassade de Bangui.
Mais, à ce jour le président Faustin Archange Touadéra, veut renouer les relations avec le Taiwan, tout en ignorant que cela peut frustrer Pékin.  Il a failli allumer le feu, entre Moscou et Paris. Ignore t-il  que par la présence Russe en Centrafrique, il fut devenu pour les Américains comme de la mer à boire?
Mais, le Pékin a résisté en imposant son poids lourd. La Chine de Xi Jinping, a été toujours au chevet de Centrafrique posant des actes salvateurs et salutaires qui prouve une amitié sincère, qu’aucun pays au monde ne l’a fait. De gros investissements, des infrastructures sanitaires, (hôpitaux : Mme Domitien à Bimbo,  de l’Amitié et Communautaire), sportives (complexe sportif du stade 20.000 places) et administratives (la réhabilitation de building administratif) etc…   
La Chine de Pékin a donné des aides bilatérales aussi bien en nature qu’en argent. En 2010, s’était substituée à l’Etat (qui ne subventionne pas sa presse, un cas rare au monde) pour  assister matériellement les organes de la presse en outils de travail.
Le président Touadéra, pense t-il qu’avec le Taiwan, il pourra mieux se tirer d’affaires. Erreur monumentale. La RCA, est bel et bien ouverte à tous. Oui ! Mais, la connaissance des relations internationales est nécessité impérieuse, pour mener à bien une diplomatie sans frustration. La RCA, aura beaucoup perdu si elle perd le Pékin. La politique de la Chine totalitaire est exceptionnelle et très favorable aux pays qui nagent encore dans la vallée de sou développement. Touadéra, est appelé à faire bien beaucoup d’attention.
Huuummm, Qui vivra verra !
Malko Sétouan
 

Rédaction LQB